Le Club des Poètes a fêté son demi-siècle de poésie en 2011.
Cette année, en décembre, il fêtera ses 55 ans.

l'Agenda du Club des Poètes

Le Club des Poètes vous accueille du lundi au vendredi, à déjeuner,
ainsi que tous les mardis, vendredis et samedis soirs, pour des dîners-spectacles
où sont interprétés des poèmes de tous les pays et de tous les temps.

On peut venir dîner à partir de 20 heures 30, prendre un verre à partir de 21 heure et
on entre en « territoire de poésie » à partir de 22 heures.

Si le coeur vous en dit, vous pouvez apporter vos poèmes, ou les poèmes que
vous aimez, et les partager avec le public — mais il faut les connaître par coeur.

Si vous voulez être tenus au courant au jour le jour de nos soirées et
garder un contact quotidien avec nous, ajoutez-nous comme amis sur facebook :
http://www.facebook.com/clubdespoetes (c'est le compte de Blaise Rosnay,
fils du fondateur et animateur du lieu.)


Club des Poètes : 30 rue de Bourgogne 75007 Paris / 01 47 05 06 03.


du 09 novembre 2013

Le 09/11/2013


Dîner-spectacle : A la découverte de : Guillaume Apollinaire.


Chaque poète est un continent. Pas plus qu’il n’est possible de faire tenir un pays dans une carte géographique, on ne peut découvrir un poète autrement qu’en partant à sa découverte. Ou, si vous préférez, chaque poète est une planète, avec son ciel, ses grottes, ses montagnes, ses profondeurs souterraines, ses vallées, ses rivières, ses lacs, ses mers.

Apollinaire m’a d’abord bouleversé quand j’étais encore adolescent, lorsque j’ai lu la première fois « La chanson du mal aimé » où il fait démonstration de toute sa virtuosité de ciseleur du verbe, capable de faire résonner toutes les harmonies de sa lyre.

Un « diable d’homme » en vérité. Aussi bien capable de jouer de tous les registres du sentiments, que de concevoir une pensée pleine et efficace, et dont l’acuité de l’intelligence le dispute à la fantasmagorique et très libre fantaisie.

« Me voici devant tous un homme, plein de sens
connaissant la vie, et de la mort ce qu’un vivant peut connaître »

nous dit-il dans un de ses derniers poèmes, « La Jolie Rousse », qu’il écrivit après avoir traversé, avec, semble-t-il, un incomparable détachement et un courage hallucinant, les affres de la guerre de 14-18, où, au milieu des bombes qu’il décrit comme s’il assistait à une floraison de lucioles illuminant la nuit, il continue à lancer des vers (comme des « fusées ») sans doute pour éclairer « notre nuit ». Car sans doute qu’il l’éclaire un peu « notre nuit » pour que, près de cent ans après qu’il fut emporté par la fièvre espagnol, il garde, et je l’ai remarqué auprès des jeunes gens qui fréquentent le Club des Poètes, un incomparable prestige poétique.

Hugo, Apollinaire, Desnos, voilà une filiation qui me vient maintenant à l’esprit : trois poètes qui traversèrent pleinement les affres de leur époques, trois poètes qui mirent leur art poétique à l’épreuve de toute l’expérience humaine de leur époque. Non pas seulement chantre de l’amour, du mal-être et de la désespérance, non pas seulement confronté à la difficulté existentielle de vivre ou d’aimer, non pas poètes rendant compte de « l’impossibilité de vivre » mais poètes jetés à corps perdu dans la vie, jetés à corps perdu dans la mêlée, et qui jusqu’au bout, rendant compte de toutes les facettes de l’expérience humaine, lancent des fusées pour éclairer la nuit de l’Histoire humaine.

Donc, trois poètes nécessaires, dans cette époque où semble-t-il, notre foi dans la possibilité qu’aurait le langage de dire une vérité intime qui s’ouvre vers l’universel, c’est à dire, d’installer une véritable communication entre les hommes, semble si malmenée.

Mais tous les poètes sont nécessaires ! (je sais). Cependant, ce samedi soir, c’est à la rencontre du Continent Apollinaire que nous irons. Nous avons réuni pour cela un bel équipage de jeunes gens passionnés qui en cet automne, saison si chère à Apollinaire, saison des fruits qu’il préférait aux fleurs, et le jour anniversaire de son départ pour son ultime destination terrestre (il est mort le 9 novembre 1918, si tant est que les poètes, donc les hommes, ne meurent jamais...), lanceront, dans la nuit et jusqu’à l’aurore, les fusées de la poésie d’Apollinaire.


> La soirée se déroulera au Club des Poètes - 30 rue de Bourgogne 75007 Paris -- Tél : 0147050603 -
> Contact : Blaise Rosnay -- blaise@poesie.net

 

Laissez-nous votre courrier électronique pour recevoir
régulièrement des poèmes et informations poétiques.