Fondé en 1961 par le Poète et Résistant, Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable" parce qu'elle est 'l'anti-polluant de l'espace mental", "le contrepoids et le contrepoison d'une existence qui tend à faire de nous des robots". Tous les soirs, du mardi au samedi, nous organisons des récitals au 30 de la rue de Bourgogne à Paris. Depuis 1996, sur Internet, vous pouvez découvrir les poètes que nous aimons, vous tenir au courant de l'agenda de nos soirées, découvrir notre podcast, communiquer avec nous et suivre au jour le jour toutes nos aventures poétiques. Bienvenue en Territoire de Poésie.
La poésie est vivante, vive la poésie.

Aloysius Bertrand

Le Club
desPoètes

depuis 1961

Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable". Découvrez ici l'agenda de nos soirées, l'actualité de notre podcast, et une anthologie commentée des poètes que nous aimons.
30 rue de Bourgogne
75007 Paris
métro 13 Varennes

· UN POÈME · · UN POÈME ·
Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay et sa Muse et épouse, Tsou pour « rendre la poésie contagieuse et inévitable »

Du mardi au samedi
De 19h à 01h
Fermé dimanche et lundi
paris - 01 mars 2024 - page 6
histoire

« Combien la solitude a d'attraits pour le poète. »

Aloysius Bertrand (1807-1841) est le poète d'une seule œuvre, qu'il ne vit jamais publiée : Gaspard de la Nuit.

Depuis, ce recueil de poèmes baroques et précieux a connu une relative notoriété, grâce en particulier à Maurice Ravel qui y trouva inspiration, ainsi que par l'admiration que lui vouèrent Baudelaire et Max Jacob, qui voyaient en lui la source de la poésie en prose.
Cela nous permet de signaler, entre parenthèses et sans insister, qu'une bonne part des œuvres qui construisent notre culture et touchent notre sensibilité furent écrites par des poètes qui passèrent quasiment inaperçus de leur vivant, négligés des éditeurs et, par conséquent, du public.

Drôle de destin : apporter au monde ce qu'on a de meilleur sans que le monde ne semble s'en émouvoir. C'est un scandale : Le monde des gens soi-disant "raisonnables" détruit la beauté, détruit le monde. Les gens raisonnables sont déraisonnables, apparemment.

L'auteur de "Gaspard de la Nuit" est mort de la tuberculose dans le dénuement le plus total et doit sa première publication (posthume) à son ami le sculpteur David d'Angers.

Les doigts de la main

Le pouce est ce gras cabaretier flamand, d'humeur goguenarde et grivoise, qui fume sur sa porte, à l'enseigne de la double bière de mars.
L'index est sa femme, virago sèche comme une merluche, qui dès le matin soufflette sa servante dont elle est jalouse, et caresse la bouteille dont elle est amoureuse.
Le doigt du milieu est leur fils, compagnon dégrossi à la hache, qui serait soldat s'il n'était brasseur, et qui serait cheval s'il n'était homme.
Le doigt de l'anneau est leur fille, leste et agaçante Zerbine qui vend des dentelles aux dames et ne vend pas ses sourires aux cavaliers.
Et le doigt de l'oreille est le Benjamin de la famille, marmot pleureur, qui toujours se trimballa à la ceinture de sa mère comme un petit enfant pendu au croc d'une ogresse.
Les cinq doigts de la main sont la plus mirobolante giroflée à cinq feuilles qui ait jamais brodé les parterres de la noble cité de Harlem.