Fondé en 1961 par le Poète et Résistant, Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable" parce qu'elle est 'l'anti-polluant de l'espace mental", "le contrepoids et le contrepoison d'une existence qui tend à faire de nous des robots". Tous les soirs, du mardi au samedi, nous organisons des récitals au 30 de la rue de Bourgogne à Paris. Depuis 1996, sur Internet, vous pouvez découvrir les poètes que nous aimons, vous tenir au courant de l'agenda de nos soirées, découvrir notre podcast, communiquer avec nous et suivre au jour le jour toutes nos aventures poétiques. Bienvenue en Territoire de Poésie.
La poésie est vivante, vive la poésie.

Paul Eluard

Le Club
desPoètes

depuis 1961

Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable". Découvrez ici l'agenda de nos soirées, l'actualité de notre podcast, et une anthologie commentée des poètes que nous aimons.
30 rue de Bourgogne
75007 Paris
métro 13 Varennes

· UN POÈME · · UN POÈME ·
Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay et sa Muse et épouse, Tsou pour « rendre la poésie contagieuse et inévitable »

Du mardi au samedi
De 19h à 01h
Fermé dimanche et lundi
paris - 01 mars 2024 - page 6
histoire

« Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, et rien d'autre. »

Comme Louis Aragon, il fut partie prenante de tous les grands bouleversements de son époque, aussi bien littéraires que politiques.

Dadaïste, co-fondateur du Surréalisme avec Breton, chantre de la Résistance (en particulier avec son poéme mondialement connu "Liberté"), militant communiste, célébrant avec une ferveur qui fut parfois jugée naïve et même dangereuse, les luttes pour un monde plus juste, fondé sur l'amour et le partage, il connut son heure de gloire pour des raisons qui sont parfois plus politiques que poétiques, et subit à l'heure actuelle une sorte de purgatoire, pour des raisons souvent plus politiques que poétiques.
En témoigne le quasi-silence qui a entouré son centenaire.

Toutefois, l'auteur de l'Amour la Poésie est loin d'avoir dit son dernier mot, qui est un mot d'amour et de poésie.
Piers Tenniel

Au coeur de mon amour

Bien sûr, voici le texte avec une balise `
` à la fin de chaque ligne : Un bel oiseau me montre la lumière
Elle est dans ses yeux, bien en vue.
Il chante sur une boule de gui
Au milieu du soleil.

Les yeux des animaux chanteurs
Et leurs chants de colère ou d’ennui
M’ont interdit de sortir de ce lit.
J’y passerai ma vie.
L’aube dans des pays sans grâce
Prend l’apparence de l’oubli.
Et qu’une femme émue s’endorme, à l’aube,
La tête la première, sa chute l’illumine.
Constellations,
Vous connaissez la forme de sa tête.
Ici, tout s’obscurcit:
Le paysage se complète, sang aux joues,
Les masses diminuent et coulent dans mon cœur
Avec le sommeil.
Et qui donc veut me prendre le cœur?

Je n’ai jamais rêvé d’une si belle nuit.
Les femmes du jardin cherchent à m’embrasser—
Soutiens du ciel, les arbres immobiles
Embrassent bien l’ombre qui les soutient.
Une femme au cœur pâle
Met la nuit dans ses habits.
L’amour a découvert la nuit
Sur ses seins impalpables.
Comment prendre plaisir à tout?
Plutôt tout effacer.
L’homme de tous les mouvements,
De tous les sacrifices et de toutes les conquêtes
Dort. Il dort, il dort, il dort.
Il raye de ses soupirs la nuit minuscule, invisible.
Il n’a ni froid, ni chaud.
Son prisonnier s’est évadé—pour dormir.
Il n’est pas mort, il dort.
Quand il s’est endormi
Tout l’étonnait,
Il jouait avec ardeur,
Il regardait,
Il entendait.
Sa dernière parole:«Si c’était à recommencer, je te rencontrerais sans te chercher.»
Il dort, il dort, il dort.
L’aube a eu beau lever la tête,
Il dort.
1926, Capitale de la douleur, Mourir de na pas mourir