Fondé en 1961 par le Poète et Résistant, Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable" parce qu'elle est 'l'anti-polluant de l'espace mental", "le contrepoids et le contrepoison d'une existence qui tend à faire de nous des robots". Tous les soirs, du mardi au samedi, nous organisons des récitals au 30 de la rue de Bourgogne à Paris. Depuis 1996, sur Internet, vous pouvez découvrir les poètes que nous aimons, vous tenir au courant de l'agenda de nos soirées, découvrir notre podcast, communiquer avec nous et suivre au jour le jour toutes nos aventures poétiques. Bienvenue en Territoire de Poésie.
La poésie est vivante, vive la poésie.

Paul Fort

Le Club
desPoètes

depuis 1961

Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable". Découvrez ici l'agenda de nos soirées, l'actualité de notre podcast, et une anthologie commentée des poètes que nous aimons.
30 rue de Bourgogne
75007 Paris
métro 13 Varennes

· UN POÈME · · UN POÈME ·
Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay et sa Muse et épouse, Tsou pour « rendre la poésie contagieuse et inévitable »

Du mardi au samedi
De 19h à 01h
Fermé dimanche et lundi
paris - 20 juin 2024 - page 6
histoire

« L'amour est le seul rêve qui ne se rêve pas. »

"La meilleure façon d'être d'avant-garde, c'est de tout contredire, à commencer par l'avant-garde" disait, si j'ai bonne mémoire, Jean Cocteau.
Cet aphorisme convient à merveille pour évoquer la mémoire d'un poète qui fut contemporain de Tristan Tzara et d'André Breton, sans pour autant aucunement se sentir entraîné dans la remise en cause des formes poétiques qu'ils initièrent.

On lui doit en particulier quelques poèmes, qui, mis en musique par Brassens, témoignèrent que le "divorce entre la poésie et le public" dont parlait Robert Desnos, est loin d'être une fatalité, dans la mesure où les poètes ne méprisent pas leur lecteur mais veulent, tout simplement, leur parler.

Parce qu'il serait trop simple de voir en Paul Fort une sorte de "chansonnier qui se déguisa en poète", par la limpidité de sa langue et son invention, il appartient sans aucun doute au meilleur de notre tradition poétique, et cela n'est pas un hasard s'il fut, après son ami Verlaine, désigné comme "Prince des Poètes".
Piers Tenniel

Complainte du petit cheval blanc

Le petit cheval dans le mauvais temps, qu'il avait donc du courage !
C'était un petit cheval blanc, tous derrière et lui devant.
Il n'y avait jamais de beau temps dans ce pauvre paysage.
Il n'y avait jamais de printemps, ni derrière ni devant.
Mais toujours il était content, menant les gars du village,
A travers la pluie noire des champs, tous derrière et lui devant.
Sa voiture allait poursuivant sa belle petite queue sauvage.
C'est alors qu'il était content, eux derrière et lui devant.
Mais un jour, dans le mauvais temps, un jour qu'il était si sage,
Il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui devant.
Il est mort sans voir le beau temps, qu'il avait donc du courage !
Il est mort sans voir le printemps ni derrière ni devant.