Fondé en 1961 par le Poète et Résistant, Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable" parce qu'elle est 'l'anti-polluant de l'espace mental", "le contrepoids et le contrepoison d'une existence qui tend à faire de nous des robots". Tous les soirs, du mardi au samedi, nous organisons des récitals au 30 de la rue de Bourgogne à Paris. Depuis 1996, sur Internet, vous pouvez découvrir les poètes que nous aimons, vous tenir au courant de l'agenda de nos soirées, découvrir notre podcast, communiquer avec nous et suivre au jour le jour toutes nos aventures poétiques. Bienvenue en Territoire de Poésie.
La poésie est vivante, vive la poésie.

Jean Cocteau

Le Club
desPoètes

depuis 1961

Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable". Découvrez ici l'agenda de nos soirées, l'actualité de notre podcast, et une anthologie commentée des poètes que nous aimons.
30 rue de Bourgogne
75007 Paris
métro 13 Varennes

· UN POÈME · · UN POÈME ·
Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay et sa Muse et épouse, Tsou pour « rendre la poésie contagieuse et inévitable »

Du mardi au samedi
De 19h à 01h
Fermé dimanche et lundi
paris - 20 juin 2024 - page 6
histoire
Ah Cocteau (1889-1963), quel personnage!

Dansant, sautant de-ci de-là, mieux et plus que personne.
Sa vie durant, Cocteau a donné au milieu artistique une présence dynamique et attachante. Il fut peut-être le seul artiste célèbre qui pouvait en quelques mots déclencher l'intérêt et le succès du côté d'un inconnu.
Nombreux sont les artistes qui habitèrent le même temps que Cocteau qui lui doivent une bonne part de leur notoriété. Il était, sinon le plus grand des poètes de son temps, (pourquoi installer une hiérarchie dans l'univers poetique), mais à coup sûr, comme on dit, "poète de la tête aux pieds".

Avec Cocteau, la poésie descendit dans la rue sur la rampe de l'escalier et marcha sur les mains.Comme l'a écrit Georges-Emmanuel Clancier, l'auteur de "Plain-Chant", d'"Orphée" et des "Enfants terribles" a inscrit toute son oeuvre sous le signe de la poésie: poésie de roman, poésie de théâtre, poésie critique, graphique, cinématographique, enfin si je puis dire poésie de poésie".

Le rire de Cocteau ne quittera jamais mes oreilles. Tout ce qui se rapportait à la vie artistique lui était familier.
Et comme le déclara Raymond Queneau: si Cocteau n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer et le peindre en bleu de chauffe ! Qui, ayant lu Cocteau, risque de l'oublier? Certainement personne, si ce n'est celui à qui vous pensez!
Jean-Pierre Rosnay

Plain-chant

Je n'aime pas dormir quand ta figure habite,
La nuit, contre mon cou ;
Car je pense à la mort laquelle vient trop vite,
Nous endormir beaucoup.

Je mourrai, tu vivras et c'est ce qui m'éveille!
Est-il une autre peur?
Un jour ne plus entendre auprès de mon oreille
Ton haleine et ton cœur.

Quoi, ce timide oiseau replié par le songe
Déserterait son nid !
Son nid d'où notre corps à deux têtes s'allonge
Par quatre pieds fini.

Puisse durer toujours une si grande joie
Qui cesse le matin,
Et dont l'ange chargé de construire ma voie
Allège mon destin.

Léger, je suis léger sous cette tête lourde
Qui semble de mon bloc,
Et reste en mon abri, muette, aveugle, sourde,
Malgré le chant du coq.

Cette tête coupée, allée en d'autres mondes,
Où règne une autre loi,
Plongeant dans le sommeil des racines profondes,
Loin de moi, près de moi.

Ah ! je voudrais, gardant ton profil sur ma gorge,
Par ta bouche qui dort
Entendre de tes seins la délicate forge
Souffler jusqu'à ma mort.
1923, Plain-chant