Fondé en 1961 par le Poète et Résistant, Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable" parce qu'elle est 'l'anti-polluant de l'espace mental", "le contrepoids et le contrepoison d'une existence qui tend à faire de nous des robots". Tous les soirs, du mardi au samedi, nous organisons des récitals au 30 de la rue de Bourgogne à Paris. Depuis 1996, sur Internet, vous pouvez découvrir les poètes que nous aimons, vous tenir au courant de l'agenda de nos soirées, découvrir notre podcast, communiquer avec nous et suivre au jour le jour toutes nos aventures poétiques. Bienvenue en Territoire de Poésie.
La poésie est vivante, vive la poésie.

Oscar V. de Lubicz Milosz

Le Club
desPoètes

depuis 1961

Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay, et animé par son fils Blaise, le Club des Poètes a pour vocation de "rendre la poésie contagieuse et inévitable". Découvrez ici l'agenda de nos soirées, l'actualité de notre podcast, et une anthologie commentée des poètes que nous aimons.
30 rue de Bourgogne
75007 Paris
métro 13 Varennes

· UN POÈME · · UN POÈME ·
Fondé en 1961 par Jean-Pierre Rosnay et sa Muse et épouse, Tsou pour « rendre la poésie contagieuse et inévitable »

Du mardi au samedi
De 19h à 01h
Fermé dimanche et lundi
paris - 01 mars 2024 - page 6
histoire
Issu d'une très ancienne famille de la vieille aristocratie lituanienne, ce poète porte dans son coeur les images du vieux pays d'enfance, mélancolique et tourmenté

. Il nous les transmet dans une langue française dont il connaît toutes les arcanes et qu'il accorde parfaitement - et dans une liberté parfois déconcertante – à ses états d'âmes nostalgiques, obscurs mais en quête de lumière.

Son sombre génie, tout imprégné de l'amour de la nature et d'une quête douloureuse de l'absolu, lui valut l'admiration de quelques initiés, dont Paul Valéry, qui le considérait comme une des voix les plus profondes de l'univers poétique du XXéme siècle.

Toutefois, il reste largement ignoré du "grand public", dont vous n'êtes pas, puisque vous me lisez. Il fut diplomate mais l'essentiel de sa vie fut tourné vers les "choses d'en haut" puisque tel François d'Assise, il passa une bonne part de sa vie à dialoguer avec les oiseaux et à chercher, plus haut dans le ciel ou ailleurs, quelqu'un qui serait à la fois le maétre des oiseaux, le poète des poètes, et aussi - pourquoi pas ? - le créateur du ciel et de la terre.

Tous les morts sont ivres

Tous les morts sont ivres de pluie vieille et froide
Au cimetière étrange de Lofoten
L'horloge du dégel tictaque lointaine
Au cœur des cercueils pauvres de Lofoten

Et grâce aux trous creusés par le noir printemps
Les corbeaux sont gras de froide chair humaine
Et grâce au maigre vent à la voix d'enfant
Le sommeil est doux au morts de Lofoten

Je ne verrai très probablement jamais
Ni la mer ni les tombes de Lofoten
Et pourtant c'est en moi comme si j'aimais
Ce lointain coin de terre et toute sa peine

Vous disparus, vous suicidés, vous lointaines
Au cimetière étranger de Lofoten
- Le nom sonne à mon oreille étrange et doux.
Vraiment, dites-moi, dormez vous, dormez-vous ?

- Tu pourrais me conter des choses plus drôles
Beau claret dont ma coupe d'argent est pleine.
Des histoires plus charmantes et moins folles ;
Laisse-moi tranquille avec ton Lofoten.

Il fait bon. Dans le foyer doucement traine
La voix du plus mélancolique des mois.
- Ah! les morts, y compris ceux de Lofoten -
Les morts, les morts sont au fond moins morts que moi.